Rechercher
  • Sophie

Water Closet

La première fois que j’ai compris que les toilettes sont un terrain propice aux bêtises, mes bébés rampaient à peine. Même pas du vrai quatre pattes, ils avaient commencé à maîtriser un redoutable déplacement sur les coudes, façon rambo. Efficace et silencieux, idéal pour vite foncer vers les toilettes et exploiter toutes les possibilités du lieu.


En fait, les toilettes exercent une fascination sans limite, et en particulier pour un de mes garçons. Il s’asseoit devant la porte fermée avec un livre, un jouet, espérant qu’elle s’ouvre comme la caverne d’Ali Baba.



pourquoi es bébés sont-ils fascinés par les toilettes?


Confettis

Je suis en plein nettoyage de biberon et je me réjouis du calme qui s’installe. Puis le jeton tombe dans mon cerveau : le silence, c’est la bande-son des bêtises! Je lâche les biberons et je cours vers la chambre, personne. La salle de bains: personne. Où sont-ils passés?

Les toilettes ! Deux petits visages sont perdus au milieu de tous petits morceaux de papier toilette. Il n’y a pas 5cm2 qui aient échappé aux confettis ! Ils en ont aussi plein leurs vêtements et l’un d’eux a visiblement essayé d’en manger car des petits morceaux sont collés autour de sa bouche.


Qui sont ces mères qui laissent la porte ouverte ?

Prise d’otage

Il est quasi impossible d’aller aux toilettes de façon sereine et de m’y rendre seule. J’ai essayé. J’en avais fait une règle de base « je ne serai pas de ces mères qui laissent la porte ouverte en allant aux WC ». Mais après avoir été prisonnière des toilettes pendant 11 longues minutes, je me suis adaptée à ma situation et j’ai renoncé à mes principes. Imaginez : vous échappez à la vigilance de deux bébés, vous allez rapidement mais discrètement aux cabinets et vous fermez la porte. Petit feu d’artifice dans votre tête. Mais les bébés ont une ouïe super fine qui entend la moindre poignée de porte à 40 Km à la ronde: ils se précipitent sur la porte et hurlent de l’autre côté. Pour la sérénité, on repassera. Et au moment de ressortir, impossible. Les bébés sont dressés sur leurs pieds, et s’appuient contre la porte. Comme elle s’ouvre vers l’extérieur, si je force un peu, les bébés tombent. Alors j’attends. Je négocie. J’explique que je ne peux pas sortir. Mais c’est loooooonnnnnggggg.

Bref : je suis aujourd’hui une de ces mères qui ne ferme pas la porte, ne me jugez pas.


La pêche à la ligne


Et parfois, la porte est mal fermée. Le soir, quand les enfants sont couchés, je passe dans le petit endroit et, parfois, je suis obligée de faire un atelier pêche à la ligne. Ca a commencé avec 1 tétine au fond de la cuvette. Une autre fois: un doudou. Récemment : un Duplo, un livre et un lange (oui, les 3 en même temps!).

Il n’y a pas de limite dans l’échelle du beurk : un matin où nous étions déjà un peu « justes » sur le timing, je vois P venir vers moi, avec toute une manche de son tee-shirt trempée. Oui, vous avez compris: il avait plongé le bras dedans...pourquoi ???

J’ai enfin pensé à installer un dispositif qui empêche de soulever la lunette, comme ceux que l’on utilise et les tiroirs pour les placards.



D’après mes amies, on retrouve sa liberté-WC aux 3 ans. Ça va être long.

1 commentaire
  • Black Instagram Icon
  • Black Pinterest Icon