Rechercher
  • Sophie

Pour les parents qui ne dorment pas (encore) la nuit

Mis à jour : 19 oct 2019

Le manque de sommeil, c’est terrible, usant, ... si vous êtes en plein dedans : je vous fais un cœur avec les doigts. J’ai trouvé ça très très dur et je croise les doigts pour ne plus jamais vivre cela. Le sommeil des bébés, le sommeil des jumeaux, le sommeil en général, c'est un sujet sensible. Je n'ai pas de "truc magique" pour que bébé fasse ses nuits, mais voilà quelques suggestions pour adoucir un tout petit peu les choses.



quand bébé va-t-il faire ses nuits?


1. Du pragmatisme

Si vous trouvez un « truc » qui fonctionne un peu, faites-le. Même si vous avez l’impression de renier toutes vos convictions. Foncez, personne ne vous juge. La seule habitude qui compte, pour l’instant, c’est dormir. Si vous avez craqué sur un de vos principes, vous trouverez la solution pour corriger le tir plus tard. Il faut choisir ses priorités. J’ai mis plusieurs mois à envisager qu’un de mes bébés dorment dans ma chambre. C’était un principe, pas de mauvaises habitudes, les bébés c’est dans leur chambre, ma chambre c’est sacré. Mais bon, quand bébé 1 s’est mis à réveiller bébé 2 qui, lui, faisait enfin ses nuits, j’ai repris mes esprits: J’ai déplié un lit parapluie dans ma chambre et j’ai gardé l’insomniaque avec moi et j’ai regretté d’avoir tenu une position de principe qui a nui au sommeil de tout le monde. On se moque de savoir comment vous avez aidé bébé à s'endormir. Personne ne vous donnera une médaille pour avoir tenu bon. Si ça marche, ça marche.

2. De la douceur

Faites-vous plaisir. Enchaîner les nuits sans sommeil, c’est très dur. Essayer de faire dormir un bébé Il faut trouver des choses qui permettent de tenir. Ce n’est pas le moment d’être un ascète, de lire Proust et de boire de l’eau. Dans mon cas, j’ai tenu grâce aux viennoiseries Picard, aux replays d’Hercule Poirot et au Coca Zéro. Après avoir préparé le premier biberon du matin des garçons, je mettais mon petit pain au chocolat picard au four. Je savourais l’odeur de beurre et de chocolat fondu envahir la pièce pendant que je donnais les biberons. Et je dégustais mon petit pain au choc aussitôt les deux bébés nourris : le meilleur moment de ma journée. Les pires jours, quand j’essayais de calmer un bébé qui avait loupé le passage du marchand de sable, je mettais un casque Bluetooth et mon iPad sur une étagère pour regarder un Hercule Poirot en berçant mon petit garçon. Et de jour comme de nuit, quand j’avais un petit coup de mou, j’ouvrais une petite canette de coca zéro. Rien que d’entendre le pschitt, ça allait mieux.

3. Du luxe

Si vous avez le budget, offrez vous du sommeil avec des nounous de nuit (on les appelle aussi nuiteuses). La super nounou de nuit arrive pour le biberon de 21h, et repart après le biberon de 6 ou 7h du matin, laissant vos bébés endormis, les biberons de la nuit lavés et ceux de la journée préparés. Entre les deux elle a géré les pleurs, les couches, et à assuré les câlins et les biberons. Et ça fait une personne expérimentée, de bon conseil, pour répondre à vos questions. C’est du luxe mais ça vaut le coup. Et, honnêtement: à l'heure des cagnottes en ligne, qui a besoin d’un 4ème doudou ou un 20ème tee-shirt: demandez des nuits de sommeil. Mes nounous de nuit sont des fées, je les adore et je continue de les voir de temps en temps...

4. De l’aide

Autre conseil : demandez de l’aide, et décrivez précisément ce qu’il vous faut. Si vous attendez qu’on devine ce qui vous ferait du bien, vous allez attendre très longtemps. Tout le monde demande ce qu’il peut faire pour aider, et presque tous les parents répondent juste merci. Dans mon cas, j’avais même l’impression que si j’acceptais de l’aide, je montrais que je ne m’en sortais pas et je donnais raison à toute la Manif pour tous. Quelle idiote!

On a besoin d'aide avec un bébé, a fortiori avec deux et surtout quand on est solo (comme expliqué ici). Heureusement que certains m’ont aidée « à l’insu de mon plein gré », et continuent de le faire. Mon père emmène les garçons en promenade pour que je dorme ou que je prenne du temps pour moi, et une de mes amies remplissait mon frigo quand elle venait. Magique !!!


5. Du sens des priorités

Il se peut qu’il faille régulièrement prendre une décision et classer les priorités. Le réflexe quand on a un bébé qui ne fait pas ses nuits (ou deux!), c’est de choisir le sommeil à chaque fois que l’occasion se présente. Dîner ou dormir? Dormir ! Douche ou lit? Lit! Shampoing ou se reposer 10 minutes de plus au lit? Se reposer! Fixez-vous quand même une limite. J’ai tenu 17 jours entre 2 « vrais » shampoing. J'utilisais du shampoing sec un jour sur 2, mais même comme ça, c’est très très limite.


6. De la bienveillance

Répétez-vous que vous n’y êtes pour rien. Parce que vous n'y êtes pour rien. Personne ne sait pourquoi un bébé ne fait pas ses nuits.

J’ai deux bébés du même âge : on ne peut pas imaginer que je n’élève pas les deux pareil, comme on le dit aux mamans qui ont 2 enfants « à la suite » pour les culpabiliser.

Mon mode d’éducation, mon niveau de stress ou mon rapport au sommeil est identique pour les 2 jumeaux.

Et pourtant un des bébés a dormi à 4 mois et demi. L’autre a attendu d’avoir 7 mois. Ça n’est donc pas de ma faute. Au moins pas complètement. Ça tient, au moins en partie, au bébé. Pas de votre faute, donc.


Ça me rendait folle quand quelqu’un me disait que ça passerait. Pire, que "on oublie vite". Ou qu'on me conseillait "Patience, présence". J’avais envie de répondre « viens chez moi a 4h du matin et dis-moi si ça passe ». Mais ça passe, je vous le promets.


  • Black Instagram Icon
  • Black Pinterest Icon