Rechercher
  • Sophie

Les murs, mes lamentations


Quand j’ai su que j’attendais non pas un mais deux bébés, j’ai compris assez vite que je devais déménager. Pour avoir une plus grande chambre d’enfant, pour être plus près de chez mes parents, pour avoir un immeuble où une poussette double peut passer. J’ai trouvé un appartement qui cochait la plupart des cases et j’ai fait quelques travaux. Je le précise car, quand on voit les murs, on peut en douter. Mais il faut y voir une sorte d'art rupestre: les traces des progrès de mes bébés.



Les petites mains poisseuses se posent partout...

Ça a commencé quand les bébés se mettent à remuer leurs petits jouets, ils testent plein de choses. Et comme les miens sont des musiciens (y a qu’à les entendre râler pour voir qu’ils ont un joli brin de voix), ils s’amusent à écouter le bruit de divers jouets quand on les frappe 100 fois de suite sur le mur. En rythme, bien sûr, et en décalé, sinon ça n’est pas aussi drôle



La nourriture

Ensuite arrive la diversification: un feu d’artifice de toutes les couleurs. Les premiers mois, c’est soft. A part quelques crachouillis, le process est assez propre. Un jour, mes bébés exigent de tenir une cuillère pendant que j’en utilise une autre pour les nourrir. Ca reste relativement sans danger.

Puis ils ont envie de manger seul. Et là, tous aux abris. Parfois ils utilisent leur cuillère comme une catapulte. D’autres fois ils précipitent avec force la cuillère vers leur bouche, mais en loupant la bouche. Et en général ils trempent dans le yaourt le manche de la cuillère plutôt que le côté "spatule". Dans les deux cas, le mur est repeint. Rouge, orange, vert, violet... un Seurat un peu abstrait qui se précise au fil des semaines.


Les petits mains

Il y a aussi des mystères... un soir où je me pose dans le canapé, les enfants sont couchés, je m’apprête à allumer la télé quand je vois une aspérité sur le mur. Je m’approche, j’observe, je touche. Mais de quoi s’agit-il ? Je n’ai pas fait venir les Experts avec leurs tubes à essais mais je suis assez sûre de moi quand j’affirme que c’est une crotte de nez séché. Sympa, non?

D'autres choses moins mystérieuses: quand les bébés commencent à marcher à quatre pattes, se lever, ils posent leurs petites mains poisseuses partout. Et ça laisse des traces...


Et il faut avouer que je porte la responsabilité de certains stigmates: un passage de poussette un peu trop près du mur a laissé une marque de roue indélébile. Un souvenir de notre première sortie au square... plus original qu'une banale photo, non?

2 commentaires
  • Black Instagram Icon
  • Black Pinterest Icon