Rechercher

Le goûter d’anniversaire

Les garçons ont été invités à leur premier goûter d’anniversaire, chez le gentil V. Ce goûter d’anniversaire, je l’ai vécu de deux façons, comme dans un film hollywoodien où l’héroïne a l’air normale, mais en fait elle entend des voix. 2 voix, pour être précise, qui conversaient dans ma tête.

Voix 1 : la stressée. Celle qui entend déjà les cris qui pourraient se produire, comme un air de Rammstein permanent.

Cette voix me dit qu’elle n’est pas rancunière, la maman de V., parce que l’un de mes garçons a mordu son fils il y a 15 jours. Pourvu qu’aucun de mes bébés ne tape, morde, pince ou tire les cheveux d’un autre enfant.

En y réfléchissant : 4 bébés, 5 parents, du sucre... ça ne peut qu’être sport. Du coup j’apporterai une bouteille de champagne bien frais pour les parents: on pourrait en avoir besoin.

Sortez votre rétro planning : on est invités à 16h, à quelle heure je réveille les garçons ?

D’ailleurs, si je les réveille, je prends un risque : comment faire s’ils sont d’une humeur de dogue tout l’après-midi justement parce que je les ai réveillés ?

Une fois en route, je reçois un gentil message « tu peux attacher ta poussette en bas à l’escalier ». Euh, en fait, j’ai pas pris l’antivol ...

Sur place, il y a une télé posée sur une table très basse, des jolies lampes et un canapé en tissu. Ils sont joueurs les parents de V. Et en même temps, ils ont raison: ils n’ont pas renoncé à leur jolie déco. Alors que moi j’ai mis des sangles autour de mon enfilade laquée blanche.

En synthèse, cette voix me disent que mes enfants sont turbulents, que je n’ai aucune autorité et que ce goûter va être un désastre.




Voix 2 : la maman trop contente de cette nouvelle vie sociale, qui voit tout en rose avec les 4 saisons en musique de fond.

Je prévois un joli cadeau, éducatif, en bois, ... emballé avec un papier sans Père Noël.

Les enfants sont en total look Prince Georges.

En arrivant, mes garçons enlèvent leurs chaussures et leurs sacs à dos et vont rejoindre leur copain.

Les grands sont contents de discuter avec une coupe à la main en regardant avec fierté la marmaille qui joue joyeusement. Vous entendez la musique ? (Le printemps, la flûte qui imite le son des oiseaux).

Le gâteau arrive : on chante, V souffle très bien ses 2 bougies et il ouvre ses cadeaux.

A ce stade de la journée : La voix 2 met une grosse pâtée à la voix 1. Vivaldi 1- Rammstein 0. On se croirait dans une pub Jacadi ou Bonpoint sur un thème « goûter d’anniversaire », avec un peu de musique classique dans le fond.

Et puis c’est le drame. L’un de mes garçons veut utiliser le camion de V, qui a bien voulu prêter le reste de ses jouets sans râler (et la je dis Bravo!), mais pas le camion. Sauf que les miens, ils ne lâchent pas l’affaire comme ça. Et ils sont deux, ils attaquent le sujet façon Mafia. On planque le camion, tout le monde sèche ses larmes, on entend presque revenir les violons.

Puis il a fallu changer une couche, donc rouvrir la porte où le camion était rangé, le bébé qui n’avait pas les fesses à l’air a piqué le camion et il a filé voir V pour le narguer. Pleurs. Cris. Larmes. Rammstein.

Les deux voix dans ma tête ont considéré qu’il était temps de rentrer, mais le temps de chausser 2 enfants, récupérer 2 gobelets, remettre 2 sacs à dos... ça fait beaucoup de Métal Allemand.


En réalité, on a passé un très bon moment. Mais j’ai l’impression d’avoir donné l’impression que je ne m’en sors pas. Ou que mes fils sont ingérables. Alors que mes fils sont géniaux et que, la majorité du temps, je m’en sors très bien.

1 commentaire
  • Black Instagram Icon
  • Black Pinterest Icon