Rechercher
  • Sophie

Cocotte minute

Ce coquin de Père Noël m’a apporté une cocotte minute, et j’étais super contente parce que je n’aime pas cuisiner. Je ne suis pas exigeante sur la nourriture. Je ne cuisine pas bien: mais comme je n’aime pas cuisiner, et comme je ne suis pas un fin gourmet, ça n’a jamais été un vrai problème. Quand je suis crevée ou que j’ai le blues, je mange des cochonneries. Quand je suis en pleine forme je mange des graines. Et je n’ai même pas honte d’avouer que j’ai souvent regardé Top Chef en mangeant un Mc Do.

Mais aujourd’hui je suis maman de 2 garçons et je veux qu’ils aient un rapport sain avec la nourriture. S’ils me voient manger du 100% industriel, je crains que ça ne soit pas le cas.

Je leur donne pourtant beaucoup des petits pots du commerce: je ne suis pas à une contradiction près.




Bref: il faut que je commence à cuisiner. Faut être réaliste, je ne vais pas y passer mes journées et je ne serai pas instantanément un cordon bleu. J’ai fait des recherches : cuisiner vite, bien, une cuisine saine et bonne ... j’ai soit le Thermomix soit la cocotte minute.

J’élimine le Thermomix car ça me semble trop compliqué et trop cher, et surtout : ça occupe trop de place sur le plan de travail. Alors go pour la cocotte minute.

L’objet est impressionnant, avec une soupape et un mode d’emploi à suivre à la lettre.

Allez ! C’est parti pour une première recette. Un bœuf au carottes: j’en ai souvent fait, mais la viande est souvent trop cuite alors que les carottes sont encore croquantes. Je vous ai prévenus: je suis pas douée.

Et là, c’est un peu stressant, une fois que tout est fermé on ne peut pas regarder comment ça évolue avant la fin de la cuisson.

Le minuteur sonne. Je passe la soupape en mode « évacuation de la pression ». J’attends. J’ouvre la cocotte. Suspense...






C’est parfait. Cuit à point. Savoureux. Je répartis entre plusieurs contenants pour en avoir une assiette le soir-même, en mettre en Tupperware pour déjeuner au bureau, et congeler le reste. Je suis devenue une vraie ménagère organisée.

Semaine suivante : saucisses lentilles. Là encore: au top. Depuis, je multiplie les expériences et j’ai masterisé une potée au chou, et une myriade de soupes.

Il y a eu quelques loupés, mais même mes ratés sont bien au-dessus de mes réalisations précédentes.

Je consomme beaucoup moins de conserves car je cuisine les légumineuses sèches. J’ai toujours une bonne chose dans mon congélateur. J’apporte régulièrement un bon petit plat au bureau. Et je fais goûter un peu de tout à mes enfants.

Au programme de ce week-end : Chili con carne. C’est une sacrée étape car il faut utiliser des épices. Gros challenge ...

Vous avez des recettes à me suggérer ?

  • Black Instagram Icon
  • Black Pinterest Icon